3 en la ruta : qu’ont-ils mis dans leurs bagages ?

3 en la ruta : qu’ont-ils mis dans leurs bagages ?

Après nous avoir révélé la naissance de leur rêve de voyage, Estela des « 3 en la ruta » répond à une question que tout « tourdumondiste »  se pose avant le départ…

Qu’apportons-nous dans nos bagages pour un voyage d’un an ?

Voici ce que nous avons emmené dans notre « baluchon » (conditionné avec une valise standard cabine, un sac à dos de 60L et un sac à dos de 70L en soute) : 

    • des sous-vêtements (pour 5 jours incluant grosses chaussettes),  
    • des vêtement plutôt chaud (par personne 3 T-shirt, 3 pantalons, 2 pulls, 1 polaire, 1 doudoune, 1 paire de gants, 1 écharpe, 1 bonnet, 1 paire de lunette et 1 maillot de bain), 
    • 3 paires de chaussures (incluant baskets, claquettes et trecking), 
    • 1 trousse de toilette (brosses à dent, déodorant, savon et shampoing sec, rasoir, épilateur), 
    • 1 trousse à pharmacie (paracétamol, antihistaminique, biseptine, pince à épiler, pansement, anti-moustique), 
    • nos téléphones (plus un téléphone de secours), 
    • 1 tablette, 
    • 1 appareil photo, 
    • 1 ordinateur, 
    • 2 batteries annexes, 
    • 2 lampes de poches, 
    • 1 paire de jumelle, 
    • plusieurs livres (incluant des guides du Routard et un guide sur les étoiles), 
    • tous nos documents indispensables (passeports, permis de conduire, carnets de vaccination, livret de famille). Il faut dire que le permis de conduire espagnol permet de conduire dans la plupart des pays latino-américains, cependant Gaetan a du faire la demande d’un permis international
    • plusieurs objets pratiques offerts par nos proches (couteaux multi-fonction, bracelet anti-moustique, pochette de rangement, outils multi-fonction, dessins et photos pour décorer notre van…). 

Et vous ? Qu’avez-vous mis ou qu’allez-vous mettre dans vos bagages ?

Estela P.

3 en la ruta
partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
GIF-NEWSLETTER
A DECOUVRIR AUSSI

3 en la ruta : la naissance d’un rêve

3 en la ruta : la naissance d’un rêve

En septembre 2018, nous nous sommes dit « OUI », oui pour réaliser notre rêve maintenant et ne pas attendre la retraite dans 30 ans (et encore faudrait-il que ce concept existe toujours). Donc nous avons pris un an pour la préparation de ce projet en terme d’organisation (financièrement nous avons mis de l’argent de côté depuis plusieurs années).

Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Combien ? Nous allons essayer de répondre à toutes ces questions pour faciliter la tâche à d’autres voyageurs potentiels et assouvir votre curiosité…

Qui ?

Pour cette question la réponse est assez simple : nous réaliserons ce voyage en famille, maman, papa et notre fils de 3 ans.

Quoi ?

Nous adorons voyager afin d’enrichir notre éducation et notre ouverture d’esprit. Nous sommes amoureux de la Nature ainsi que la Culture et l’Histoire qui l’entourent. Nous apprécions particulièrement les sites classés au patrimoine mondial par l’UNESCO, les Parcs Nationaux et Réserves Naturelles. Évidemment, nous apprécions toujours de faire de nouvelles rencontres et partager des instants de partage Humain.

Pourquoi ?

C’est un rêve commun que nous avions depuis très longtemps (avant même de nous rencontrer ) : Traverser l’Amérique du Sud pour y explorer tous ses charmes ; Nature, Histoire, Culture & Relationnel !

De plus, après une décennie de travail « acharné », nous commencions à nous ennuyer de cette vie malgré toutes les commodités que cette dernière nous offrait : un bon travail avec un salaire correct, une maison fonctionnelle, le fondement d’une famille avec la naissance de notre fils, de bonnes relations, deux véhicules, et tout le confort « occidental » (eau potable en permanence à l’ouverture du robinet, nourriture abondante, électricité foisonnante, téléphonie illimitée, accès internet en haut débit, tous les commerces à proximité satisfaisant le moindre besoin…). Il est vrai que nous vivons à une époque où tout est possible, tout va toujours plus vite, on peut se satisfaire de quoi que ce soit en quelques « clics ». Malgré tout, avec un peu de recul, nous sommes toujours plus pressés, impatients, intolérants et antipathiques…les gens n’ont pas le « Temps ».

Nous souhaitions donc nous écarter de ce système afin de se ressourcer, prendre le « Temps » de profiter, contempler, découvrir, partager !

Où ?

En Amérique du Sud si vous ne l’aviez pas compris ! Ensuite le filtre se fait naturellement : nous excluons la zone Amazonienne pour éviter tout risque de santé par rapport à notre enfant. Nous exclurons également les pays « instables » politiquement, toujours pour éradiquer tout risque.

Ainsi, nous décidons dans un premier temps de visiter le Chili, l’Argentine, un morceau du Brésil, l’Uruguay, le Paraguay, la Bolivie, le Pérou, l’Équateur et la Colombie. Nous exclurons plus tard le Brésil (trop vaste pour tout voir, cela nécessitera probablement un voyage dédié).

Pour l’itinéraire détaillé, le « Quoi ? » nous permet d’identifier une multitude de points sur la carte, il n’y a plus qu’à les relier pour tracer un « macro » itinéraire (« macro » car il n’est pas possible de tout prévoir ou connaître à l’avance, certain points seront peut être exclus pendant que d’autres se rajouteront).

Le point de départ et d’arrivée sera le Chili en raison du « Comment ? » et le sens du tracé (ordre de passage) se fera en fonction des saisons donc du « Quand ? » (pour éviter le froid polaire et/ou les périodes de fortes pluies).

Quand ?

De part la fonction d’Estela, une « disponibilité » d’un an n’est possible qu’à partir de Septembre. Cela tombe bien puisque c’est le début du Printemps dans l’hémisphère Sud, nous éviterons ainsi le froid hivernal. Pour la date de départ précise, ce sont les tarifs des compagnies aériennes qui nous feront prendre notre choix, à savoir le 24 Septembre 2019 avec la compagnie LEVEL.

Comment ?

L’option pédestre, vélo ou transports en commun (autobus, train, avion…) oblige à faire l’impasse sur beaucoup de choses et impose un certain coût pour l’hébergement. De plus, cela ajoute une contrainte de « Temps » avec des dates et horaires à respecter, c’est tout ce que nous souhaitons éviter en raison du « Pourquoi ? ».

Après plusieurs années de pratique, le Road Trip (ou voyage routier) est pour nous une évidence. Nous voyageons dans notre « maison roulante », cela permet une autonomie ainsi qu’une liberté certaine pour les lieux à visiter et/ou les endroits où séjourner.

Ce moyen de locomotion conditionne finalement notre itinéraire puisque nous devons investir dans un véhicule adapté en Amérique du Sud. La location d’un van aménagé est possible à condition d’être prêt à dépenser 14 000 € pour 1 an. De même, la traversée de l’Océan Atlantique A/R avec votre propre véhicule en container coûte 5 000 €. Pour nous cette « perte sèche » est impensable. Après de nombreuses recherches, il s’avère que le Chili est le seul pays d’Amérique du Sud en 2019 où l’acquisition d’un véhicule en tant qu’étranger est réalisable (et dont la sortie du territoire est autorisée). Nous finirons également notre voyage au Chili afin de pouvoir revendre le véhicule et ainsi récupérer de l’argent. Nous décrirons en détail dans un prochain article les démarches administratives pour l’achat d’un véhicule au Chili en tant qu’étranger.

Combien ?

Question délicate et propre à chacun en fonction de sa personnalité, des activités qu’il souhaite réaliser, des lieus et pays qu’il souhaite visiter et du « Temps » passé.

Dans notre cas, un couple avec un enfant pendant 1 an, notre budget de base estimé est de 25 000 € comprenant l’achat du véhicule et les billets d’avion. Avec une bonne marge de 20%, notre budget final est évalué à 30 000 € (sachant que nous en récupérerons une partie en fin de voyage grâce à la revente du véhicule).

Cela peut paraître exorbitant, mais après calcul de nos dépenses annuels (ou coût de la vie) en France pendant une année, le choix est rapidement validé ! Et vous, combien vous coûte une année de vie en couple avec un enfant en France ?

Concernant les moyens de paiement, nous avons opté pour ouvrir un compte dans une banque « low-cost » (Revolut) permettant les paiements et les retraits dans le monde entier à moindre frais car les banques classiques nous aurait taxés abusivement à chaque opération. Il existe d’autres banque de ce type (N26 par exemple), cela fonctionne très bien.

Estela P.

3 en la ruta
partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email
GIF-NEWSLETTER
A DECOUVRIR AUSSI